gestion logistique définition edi

Gestion logistique : qu’est-ce que l’EDI ?

Conçu dans l’optique de tendre vers le « zéro papier » mais aussi afin de pleinement automatiser le traitement de l’information, l’EDI (Echange de Données Informatisé) est aujourd’hui incontournable dans le secteur de la logistique.

À quoi correspond l’EDI ?

Issu de l’anglais « Electronic Data Interchange », l’EDI définit un « échange de données visant à transférer d’application en application à l’aide d’ordinateurs connectés à un ou plusieurs réseaux de données structurées selon un langage normalisé ».

En logistique, les données échangées vont être par exemple différents documents commerciaux ou de transport (commandes, factures, ordres d’expédition) ainsi que des étiquettes avec code-barres.

gestion logistique définition edi

Les caractéristiques de l’EDI

Répondant parfaitement à l’objectif de dématérialisation de l’information tout comme les logiciels WMS, l’EDI permet à deux entités d’échanger des données sous un format standardisé et ce par l’intermédiaire d’outils informatiques qui ne sont pas forcément communs.

Elle remplace ainsi la transmission d’information par papier qui s’avérait particulièrement inefficace et qui nécessitait de nombreuses interventions humaines. Désormais, il suffit de saisir les données originales dans un système et de les envoyer par voie électronique à tous ceux et celles concernés.

Autrement dit, l’EDI permet une automatisation complète des opérations commerciales entre des partenaires.

 

La mise en place de l’EDI

Il n’est jamais simple de mettre en place de nouveaux processus et d’édicter, en quelque sorte, de nouvelles règles du jeu. Aussi, pour que l’EDI soit une réussite, divers éléments doivent être réunis :

  • Un accord: il formalise les moyens et les modalités d’échange des données entre les parties ;
  • La présence de plusieurs partenaires commerciaux;
  • Des messages normalisés: ils prennent la forme des documents que les partenaires ont accepté d’échanger entre eux ;
  • Un format ou un langage standard: afin qu’aucune intervention ne soit nécessaire et parce que les applications ne sont pas les mêmes au sein de chaque entité, il est essentiel d’utiliser un langage informatique commun ;
  • Un protocole de transmission: garant de l’efficacité de l’EDI, il doit standardiser les procédures de transmission de données et être adapté au volume et à la fréquence des échanges ;
  • Un réseau: il se constitue de matériel informatique, de logiciels de traductions de données vers le format normalisé et de procédures à suivre par les partenaires commerciaux.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *