gestion de stock Pixisoft

Gestion logistique : comment éviter la rupture de stock en entrepôt ?

Plusieurs entreprises sont contraintes de conjuguer, plus ou moins régulièrement, avec les risques de rupture de stock. Autrement dit, elles sont exposées au risque que la quantité disponible d’un produit soit inférieure à la demande émanant de la clientèle. Heureusement, il existe différentes méthodes pour se prémunir au mieux contre ces situations qui peuvent entraîner à court terme, une perte de revenus, et à long terme une perte de la clientèle.

La rupture de stock, une situation plus fréquente qu’il n’y parait

Une rupture de stock n’est jamais due au hasard. En effet, systématiquement, il est possible de lui trouver une explication et les raisons possibles sont multiples :

  • Une mauvaise estimation des commandes ;
  • Une erreur comptable ayant conduit à un écart entre le stock informatique et le stock réel ;
  • La croissance brutale des ventes d’un produit (effet de mode) ;
  • Le manque de réactivité d’un fournisseur pour effectuer un réapprovisionnement ;
  • La lenteur de traitement de la commande d’un client ;
  • La volonté du fabricant de limiter la production.

Si une raison peut être généralement toujours trouvée, la rupture de stock n’est en revanche pas toujours imputable à l’entreprise même si elle est souvent bien la seule à en subir les conséquences. De nombreuses solutions logistiques sont ainsi envisageables.

 

gestion de stock Pixisoft

 

Les méthodes à adopter pour éviter la rupture de stock

Avant toute chose, il est bon de rappeler que le « risque zéro » de rupture de stock n’existe pas et que les méthodes permettent avant tout de minimiser l’impact d’une telle situation. Parmi les principales techniques de gestion des stocks mises en œuvre par les entreprises, il existe :

  • La constitution d’un stock de sécurité spécialement créé pour absorber les ruptures. Le stock de sécurité est généralement mis en place pour répondre à un événement spécial et peut s’avérer coûteux si le produit s’écoule finalement mal ;
  • La création d’un shop stock autrement dit un stock de produits finis ou semi-finis visant à contrecarrer un souci de production ;
  • La constitution d’un pool stock capable d’absorber les légères variations de ventes.
  • La mise en place d’un stock de découplage composé du produit « de base », personnalisation et options restant possibles à la commande ;

Parce qu’un stock supplémentaire peut être coûteux, une autre technique consiste à conditionner les ventes par une réservation préalable pour certains produits. Reste à ne pas perturber le consommateur !

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *