logistique vendor managed inventory

Logistique : Qu’est-ce que le Vendor Managed Inventory (VMI) ?

Pour toute entreprise, le stock est un poste d’immobilisation financière majeur. Par conséquent, son volume doit être maîtrisé sans pour autant que des problèmes de disponibilité de la marchandise existent. Le Vendor Managed Inventory peut être ainsi déployé pour atteindre cet objectif.

À quoi correspond le Vendor Managed Inventory ?

Egalement connu sous l’acronyme VMI ou bien sous l’appellation « réapprovisionnement continu », le Vendor Managed Inventory est un mode de gestion qui séduit un nombre croissant d’entreprises.

Dérivé de la Gestion Partagée des Approvisionnements (GPA), le VMI repose sur le principe que l’entreprise commercialisant le produit ne dispose que d’un stock directement dédié à la vente. Autrement dit, tous les articles reçus sont mis en rayons.

La gestion du stock incombe donc en amont au fournisseur, celui-ci ayant pour mission de réapprovisionner les différents points de vente pour assurer la disponibilité de l’article en toutes circonstances.

Autant dire donc que les données de stock doivent être partagées entre les points de vente et les fournisseurs et mises à jour très régulièrement. Il en va de même pour les données de ventes mais aussi pour les prévisions.

logistique vendor managed inventory

Des avantages certains mais aussi quelques limites

En recourant au Vendor Managed Inventory, une entreprise va réduire ses stocks ce qui signifie avoir besoin d’une surface d’entreposage moindre et donc réaliser des économies.

Toutefois, ce n’est pas l’unique atout qu’elle va tirer de ce mode de gestion puisque la parfaite connaissance des stocks et besoins doit lui permettre de pouvoir réagir rapidement aux fluctuations et d’éviter les goulots d’étranglement. Les approvisionnements sont ainsi plus sûrs. Dernier avantage, la gestion de la chaîne logistique sera grandement facilitée.

Bien évidemment, ces atouts ne seront au rendez-vous que si quelques écueils sont évités. Entre autres, la communication entre vendeur et fournisseur doit être parfaite. Si ce n’est pas le cas, surstock ou rupture de stock sont à craindre pour le vendeur.

L’autre limite de ce mode de gestion est assurément que le vendeur perd le contrôle de la chaîne logistique au détriment du fournisseur qui la maîtrise seul, au point de décider les quantités livrées. Le VMI est donc surtout pertinent en cas de partenariat solide entre fournisseur et vendeur.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *